top of page

Pourquoi j'ai du mal à me définir comme Doula


Depuis que j'exerce mon activité de doula, je ressens une résistance face à ce mot, je ne savais pas d'où cela venait ni comment l'expliquer.


Je ne me retrouvais pas non plus dans l'image véhiculé par les doulas: une image qui peut parfois être militante, d'être une profession révoltée contre le système.


Avec l'expérience des accompagnements depuis 3 ans et les années qui ont passé, j'ai pris conscience qu'en fait ce mot ne me définit pas.


Je ne me sens pas réellement doula, je me sens davantage : thérapeute holistique spécialisée dans la maternité.


Quand j'ai démarré mon activité, j'étais en colère contre le système, contre ce qu'on infligeait aux femmes et aux bébés, contre le système médical entre autres. Puis cette colère s'est estompée car j'ai remarqué qu'elle ne m'apportait rien de positif mais qu'au contraire elle venait nourrir en moi un sentiment permanent d'être en lutte, de lutter contre, de devoir défendre telles ou telles choses en passant par la profession en elle même.


Cette phase de colère était nécessaire au processus de création, car c'est grâce à elle que j'ai eu l'élan de me lancer et de changer complétement de voie, car certaines le savent mais j'étais dans un tout autre domaine avant: celui du champagne.


Mais suite à un cheminement intérieur intense et un grand travail d'introspection, je me rends compte maintenant que ce n'est plus ce que j'ai envie de nourrir.


En 2022 déjà, j'avais senti ce décalage avec le monde des doulas, j'ai d'ailleurs fait une grande pause pour me consacrer à ma grossesse et me recentrer sur ma pratique et ce que je souhaite apporter au monde.


Je n'ai donc plus envie de nourrir un quelconque combat.

Cela fait quelques temps que je suis sorti de ce paradigme qui ne me parle plus.

Je ne veux tout simplement pas nourrir la différence, mais je souhaite nourrir l'unicité, la collaboration, l'écoute, l'ouverture et la pluridisciplinarité, qui sont des valeurs plus contructives à mon sens. (Mais ça n'engage que moi, on est d'accord)


D'autant plus que le mot doula est subjectif et en même temps un peu flou. Chaque doulas peut mettre dedans ce qu'elle a envie d'y mettre, les pratiques qu'il a envie d'y mettre apportant un flou artistique pour les clientes, ce qui me dérange.

D'autant plus que beaucoup se proclament doulas sans réelles compétences et connaissances, sans avoir faire un travail d'introspection et de thérapie au préalable.

Ce qui est fondamental à mon sens pour ne pas projeter sur l'autre nos propres peurs et faire plus de mal que de bien à la future maman mais aussi à la profession en général.


Alors afin de coller davantage à ce que j'aspire et ce que je transmets déjà dans mes accompagnements, j'utiliserai davantage le terme d' accompagnement périnatal et thérapeute holistique, parce que dans mes accompagnements, je n'offre pas qu'une écoute ou un soutien émotionnel j'offre bien plus à mon sens en fonction des besoins de la maman et du bébé.


J'offre un espace sécure pour accueillir les émotions mais aussi les choix quels qu'ils soient.


J'offre aussi l'espace pour un travail intérieur avec la personne si elle en ressent le besoin grâce à des outils de connaissance de soi, de développement personnel ou des outils comme l'hypnose.

Où l'on travaille ensemble sur les croyances, l'état d'esprit, les pensées "négatives".

C'est un réel travail de fond qui vous transforme pour le reste de votre vie.


Mon rôle aussi est d'apporter des outils concrets que les familles peuvent mettre en place pour simplifier leur quotidien et préparer au mieux la naissance et le post-partum.


Donc vous l'aurez compris, je me sens tellement plus alignée avec ce rôle de thérapeute spécialisée dans la maternité, c'est beaucoup plus léger à porter pour moi que la casquette de Doula.


Et vous comment voyez-vous le métier de doula, qu'est-ce que cela vous inspire ?


12 vues0 commentaire
bottom of page